Marmotte
Webalpes marmottes
 
Nombre de visiteurs
Webalpes marmottes Webalpes marmottes Webalpes marmottes Webalpes marmottes Webalpes marmottes Webalpes marmottes
La marmotte a une durée de vie de 14 à 16 ans, si elle a eu la chance d'échapper à ses prédateurs. Elle siffle pour prévenir la colonie du danger. Ce signal d'alarme est un cri strident portant à plusieurs kilomètres. Si le danger est éloigné, le cri est répété plusieurs fois
et repris en cœur par toutes les marmottes.

Les dangers peuvent être terrestres et aériens :

L'aigle royal, prédateur de la marmotte par excellence, l'enlève dans ses serres sans même ralentir son vol. Il est signalé par un seul cri strident. Immédiatement, ce cri vide la montagne de ses habitants à l'approche de la grande ombre mortelle. Les marmottes représentent, en effet, jusqu'à 90% des proies capturées par ce rapace

Ses prédateurs terrestres : le renard, est accueilli par un concert de sifflements perçants, repris inlassablement à en perdre haleine, chaque marmotte de la colonie surveillant les moindres mouvements du renard. (les chiens sont signalés de la même manière).

Les outils de défense dont dispose la marmotte pour échapper à ses prédateurs sont avant tout sa vue qui, si elle n'est pas excellente, a au moins l'extrême avantage de couvrir un champ de 300 ° (160 ° chez l'homme), il est donc très difficile de la surprendre. Son odorat, de même que son ouïe, sont très performants et complètent ses armes.

Il n'y a pas de guetteur attitré dans le groupe. Chacun vaque à ses occupations en se préoccupant de ce qui se passe autour, en adoptant la position en chandelle, si caractéristique, si besoin est. A la moindre alerte, la marmotte siffle à plusieurs reprises. S'il n'y a qu'un coup de sifflet (long en général), c'est que, le plus souvent, il s'agit d'un aigle. Il faut alors fuir au plus vite et rentrer dans le terrier le plus proche.
Webalpes cliquer pour écouter le sifflement de la marmotte  Autrefois, l'homme capturait les marmottes en les déterrant l'hiver dans leur terrier. Il faisait des manteaux et des couvertures avec leur fourrure.

La chair de marmotte améliorait la nourriture des montagnards. mais c'est surtout leur graisse qui avait de multiples utilisations : c'était, pensait-on, une pommade miracle contre les rhumatismes, et elle faisait merveille pour cirer les meubles et les chaussures. 

La marmotte reste aujourd'hui protégée dans les zones du Parc National de la Vanoise et dans les espaces protégés. Mais en période de chasse, les chasseurs ne sont autorisés à la chasser que quelques jours par an. Cependant, son déterrage et son piégeage sont strictement interdits.

Autrefois chassée pour sa viande, dure mais appréciée en ragoût en période difficile, sa fourrure d'automne qui était vendue pour la réalisation de manteaux pour les dames de la ville (heureusement le manteau de fourrure de marmotte n'est plus la mode aujourd'hui !!).
Accueil Webmaster